HAVE A SEAT (1988-2000)
     

HAVE A SEAT (1988-2000)

Ce corpus d’images m’a été inspiré par Le scribe accroupi du musée du Louvre. Il s’agit d’une statuette en calcaire polychrome datée de 2600 avant JC montrant un scribe égyptien assis en tailleur sur un socle peint en noir. Il est le plus célèbre des inconnus. On ne sait rien de lui, ni son nom, ni ses titres, ni l’époque à laquelle il vivait. Dans la stricte frontalité qui caractérise les statues égyptiennes, le scribe est représenté dans l’acte d’écrire. Il est agissant Assis en tailleur, son pagne sur les genoux lui servant de support, il tient d’une main un papyrus, de l’autre un pinceau aujourd’hui disparu. Ce qui frappe le plus, c’est le traitement du visage et plus particulièrement le travail des yeux. Il est regardant. Le scribe intervient dans de nombreux domaines qui touchent au politique, à l’économie, au religieux, au militaire. Il transcrit des données intéressant le Trésor, les décrets, les archives, le temple, les offrandes, la main-d’oeuvre, le cadastre, le bétail, le tribunal, les juges, les magistrats, les recrues, les escortes, la Tablette royale, etc…Il transcrit et transmet le monde de son époque. Bien que la pratique contemporaine de la photographie ne soit plus de témoigner ni de rendre compte absolument du référent, ne serve plus « à fixer la vie » comme disait Daguerre, il n’en demeure pas moins que le médium, de part son histoire, actualise constamment l’interface entre les différents niveaux de sens, de genres, d’approches, de réflexions. Le scribe du musée du Louvre n’aura été pour moi ni plus ni moins qu’un déclencheur de sens...